Introduction à l’IoT

Publié le 23-09-2021

Introduction à l'IoT

Les objets connectés, ou plus communément appelés IoT (Internet of Things, Internet des objets), envahissent notre quotidien : à la maison avec la domotique et tous les petits objets connectés, dans les magasins, dans l’industrie 4.0, dans la santé, dans les bâtiments intelligents, de la ville avec la smart city à la campagne avec l’essor de l’Agritech… personne n’y échappe!

En 2025, certaines estimations prédisent un marché 11 000 milliards de $ pour les IoT, tous secteurs confondus (source : McKinsey Global Institute). Retenons que les 4 marchés clés seront l’industrie, la ville, la santé (au sens global) et le retail.

Mais reprenons les bases.

Qu’est-ce qu’un IoT ?

Basiquement, un objet connecté est un petit objet embarquant un ou plusieurs capteurs, un microcontrôleur ou un SoC. Il communique avec une passerelle (gateway) qui elle-même est connectée à une application, des services cloud. Ces services vont récupérer les informations des IoT pour les stocker, les traiter et les afficher.

L’IoT peut être totalement automne, embarquer sa propre batterie avec une autonomie de plusieurs années. Pour limiter la consommation énergétique, il communique en BLE. Il peut aussi se brancher à une source électrique et communiquer en Wifi ou Ethernet. Un IoT peut aussi utiliser des réseaux télécoms : 5G, Lora, Sifox, etc.

Un IoT peut embarquer son intelligence : électronique et un minimum de logiciels. Un tel objet n’a pas besoin d’OS, mais uniquement d’un firmware qui va gérer les fonctions bas niveaux de l’objet et assurer la bonne exécution du logiciel embarqué.

Les objets les plus basiques sont passifs : ils envoient uniquement des données et ils embarquent peu d’intelligence. Les traitements sont alors déportés dans une architecture Edge ou des services cloud computing.

Des exemples concrets

L’IoT se déploie à grande vitesse dans tous les secteurs de la société. Cela va des objets dont l’utilisation est maintenant totalement démocratisée comme les montres connectées jusqu’à d’autres applications dont l’existence peut passer totalement inaperçue aux yeux des non-initiés.

L’IoT dans le retail

Sur le point de vente, l’IoT peut aider à mieux suivre les stocks et les articles en rayons. Les tags RFID / NFC sont des alliés dans le supply chain. Ces tags peuvent être lus par des lecteurs connectés aux applications de gestion pour un suivi en temps réel.

Les équipements techniques tels que des congélateurs, portes, ventilateurs, lumières, etc. peuvent embarquer des capteurs. Ces capteurs vont envoyer des données temporelles à un intervalle défini. Ainsi, vous pouvez suivre les équipements et leurs états de fonctionnement. Ces données peuvent servir à alimenter des modèles prédictifs. Ainsi, vous pouvez anticiper une panne ou un dysfonctionnement.

Dans une chaîne de production, les capteurs fournissent des métriques sur les machines-outils, la chaîne de fabrication dans son ensemble. Là encore, l’objectif est de suivre l’état de l’usine, prévenir une panne, donc optimiser les ressources et process.

L’IoT au service de la santé

Les cas d’usage dans le secteur de la santé sont également extrêmement variés.

Depuis plusieurs années, les IoT, et plus largement ce que nous appelons le wearable, sont de plus en plus nombreux dans la santé. Les traqueurs d’activité, les montres connectées, les tags ont explosé sur le marché. Et ils embarquent de plus en plus de capteurs et de services pour le sport, les fonctions de santé ou encore le sommeil.

Cela va de l’inventaire des matériels via des puces NFC ou des capteurs BLE, à la maintenance prédictible, en passant par des bracelets intelligents que les patients portent.

Demain, les IoT, du moins les capteurs, se généraliseront dans le moindre objet, dans la moindre machine du quotidien. Les technologies wearables, tels que les capteurs dans les vêtements ou à porter sur soi, seront de plus en plus courantes et iront bien au-delà du simple traqueur d’activité. Ils savent d’ailleurs déjà prévenir des défaillances cardiaques ou d’autres symptômes et envoyer des alertes automatiques aux urgences.

Les bracelets de géolocalisation peuvent aussi permettre de mieux comprendre les flux de personnes dans les établissements et trouver des solutions pour les optimiser ou résoudre des engorgements.

La télémédecine peut aussi utiliser des IoT que les patients portent ou installent chez eux. À distance, le praticien récupère les données, ce qui lui permet de mieux suivre son patient ou affiner les prescriptions.

L’IoT peut aussi être un aide dans la surveillance et la protection des personnes âgées. Souvent couplé à une couche d’intelligence artificielle, l’IoT détecte certaines défaillances ou anomalies et envoie des alertes aux soignants, permettant d’anticiper des situations parfois dramatiques. On pense par exemple aux solutions anti-errance qui vont plus facilement localiser les personnes les plus fragiles, ou encore différents types d’accessoires plus ou moins invasifs permettant de détecter des chutes.

Quel que soit le secteur d’implémentation des IoT, l’afflux d’informations nécessite des services applicatifs pour collecter, stocker et analyser les données.

Un IoT sans service, sans application ne sert pas à grand-chose.

Confiance et sécurité, des facteurs de succès

Pour réussir son projet IoT, il faut établir une confiance avec les utilisateurs, mais aussi être transparent sur la sécurité.

Confiance

Un projet IoT doit placer l’utilisateur en son cœur et doit être pensé pour s’intégrer au quotidien des usages et des personnes. On ne déploie une flotte IoT pour le plaisir de le faire. Il faut une démarche globale.

Sécurité

La sécurité dans les IoT a souvent été un point faible. Cette sécurité doit se faire sur plusieurs niveaux  :

  • Sur le matériel proprement dit : ne pas faciliter l’ouverture pour les IoT sensibles. Désactiver par design les ports pouvant servir de portes dérobées
  • Sécuriser les communications entre l’IoT, la passerelle et les services applicatives
  • Crypter les données de bout en bout

Nous avons voulu approfondir le sujet de la sécurité. Pour aller plus loin, nous vous invitons à lire les articles “Les principales faiblesses de l’IoT” et “IoT et Cybersécurité” que vous retrouverez en bas de page.

Pour conclure cet article d’introduction, on ne saurait trop insister sur l’importance de prendre un peu de hauteur avant d’implanter de l’IoT dans son business, de bien identifier les besoins réels et définir les objectifs, faire coopérer les parties-prenantes du projet et écrire la feuille de route pour son déploiement. Votre intégrateur IT est là pour vous conseiller pour les projets les plus complexes, n’hésitez pas à le consulter.

Crédit illustration : Designed by Freepik